thriller polar meurtre homicide tueur en série roman analyste comportemental enquête fiction albinos Kathleen Brassard auteure roman policier série policière roman noir Kay Frarma autoédition auto-édition
Sur le chemin par Gérald Lackey-Guesnier

Sur le chemin par Gérald Lackey-Guesnier

La vogue du slow vous connaissez? Ce mouvement qui atteint différentes sphères de la vie dont la nourriture (slow food), les cosmétiques (produits bio) et même des villes entières (slows cities)… C’est la manière, pour certains, de se recentrer sur soi, de retourner à des valeurs plus traditionnelles, de fuir la vitesse désespérante de la société actuelle et de cette habitude d’aller à l’essentiel sans profiter du beau qui les entoure.

Tout au long du récit de Gérald Lackey-Guesnier, je me suis sentie comme une adepte de ce mouvement. En fait, je me suis dit, dans ma naïve arrogance: je viens d’inventer le slow reading. Malheureusement, après une courte recherche d’un milliardième de seconde, Gluegol m’a lancé que le terme existait depuis longtemps. Bon.

Pourtant. Quels beaux moments j’ai passés! Moi qui rêve de faire l’Appalachian Trail un jour, l’auteur m’a plutôt invitée à l’accompagner tout au long de son périple sur le chemin de Compostelle. Mais pas seulement. Il y avait une surprise dans le livre. Une belle surprise. En fait, l’auteur a intercalé des plages de son enfance avec son aventure pédestre ce qui donne l’impression de lire deux bouquins en même temps!

Et que vient faire le slow movement là-dedans? Eh bien… on pourrait dire que l’on se sent comme emporté par le cours paresseux d’une rivière tout au long de notre lecture. C’est le genre de livre qu’on laisse toujours près de soi pour en savourer quelques chapitres, rêver de cette route parfois chaude et ensoleillée, parfois grise et froide. Sentir le vent dans nos cheveux, le crissement des grillons dans les fossés, les roches sous nos semelles, la douleur dans nos muscles. L’auteur a ce don de nous faire sentir là, dans son aventure, en train de l’accompagner silencieusement. Peut-être a-t-il eu l’impression que nous l’accompagnions tous à un moment donné?

Puis cette rafraîchissante décade que sont les années cinquante. L’après-guerre, des instantanés de vie d’un petit garçon de cette époque. Comme des cerises bien croquantes camouflées dans une glace à la vanille.

En ce qui concerne l’écriture, eh bien, elle est irréprochable tout comme le texte. On sent le véritable conteur, celui qui fascine ses auditeurs (je verrais très bien ce récit raconté autour d’un feu) et qui en redemandent.

Bref, une belle découverte faite grâce à l’auteur et je l’en remercie!

Aimez ma page et partagez!
error

Laisser un commentaire

slow reading, pélerinage à compostelle , randonnée pédestre, roman sur la randonnée pédestre
%d blogueurs aiment cette page :