thriller polar meurtre homicide tueur en série roman analyste comportemental enquête fiction albinos Kathleen Brassard auteure roman policier série policière roman noir Kay Frarma autoédition auto-édition
Insula Tresoya par Sébastien Lencroz

Insula Tresoya par Sébastien Lencroz

C’était plus que le moment! Je propose mes ouvrages sans vergogne sur différents sites d’auteurs autoédités et moi, qui suis dans mon petit bateau, ballotté par le même océan houleux et implacable que mes congénères (qui proposent leurs ouvrages sans vergogne sur différents sites d’auteurs autoédités) je snobe leurs bouteilles à la mer parce que oui, je l’avoue maintenant: je n’ai pas une bonne opinion des autoédités! Voilà, c’est dit! Quel paradoxe! J’ai lu pas mal d’extraits et je ne me rendais jamais jusqu’à acheter le produit. Bien sûr, je sais que les bons auteurs existent en autoédition, mais les chasses au trésor, très peu pour moi, et je me fie peu aux voûtes étoilées des recommandations sur les sites de vente. Je suis une sacrée paresseuse et, pour mes lectures de tous les jours, je me rabats sur les auteurs et les maisons d’édition connus qui, je dois le confesser, me déçoivent de plus en plus. Je ne nommerai personne.

C’est une toute petite bouteille d’un jaune vif, qui a (dites-moi pourquoi) réussi à attirer mon attention. En ouvrant la bouteille, j’en ai retiré un roman, à la couverture jaune vif, une couverture étrange, mais à quoi a donc pensé l’auteur? Malgré son apparence que je n’arrive pas à décrire, cette couverture, elle en jette et j’ignore pourquoi!

Bref, c’est Sébastien Lencroz qui m’a fait changer d’avis sur les autoédités. Parce que son roman jaune criard, je l’ai dévoré, non pas littéralement, car j’ai acheté la version numérique, ce qui viendrait à dire que j’ai mangé mon portable. (Oui, mes amis, j’ai lu son récit sur mon téléphone portable parce que je n’ai pas de tablettes Kindle, fallait qu’il soit bon ce roman!)

Pourquoi je l’ai aimé autant? Parce qu’aucune caractéristique dont j’affublais d’emblée les livres autoédités: mauvaise syntaxe, orthographe bâclée, récit échevelé, bref du travail d’amateur ne se retrouve dans son écriture.  Vraiment c’est loin d’être le cas pour Insula Tresoya. Un récit sans temps morts qui vous tient en haleine jusqu’à la fin. Sans longueur, des phrases courtes et bien construites, un texte impeccable, aucune incohérence, bref du travail de pros.

De plus le texte plaira autant aux adultes qu’aux plus jeunes. La construction du récit est un atout pour n’importe quel adulte qui désespère de voir lire un jour son grand flemmard d’ado récalcitrant à la lecture.

J’ai donné 5 étoiles à ce roman (bon, je sais, ces étoiles ça veut rien dire!!!). Pourquoi? À cause de tout ce que j’ai énuméré ici. Pour produire un roman de qualité, seul dans son petit bateau, sans l’aide de l’oeil aguerri d’un éditeur, j’estime qu’un roman autoédité mérite cette note. Peu importe si le sujet a plu ou non, ce qui reste subjectif. Des gouts et des couleurs comme on dit! En ce me concerne, le récit a aussi eu l’avantage de me plaire.

Donc, voici la quatrième de couverture rédigé par l’auteur pour vous mettre en appétit:

« Cher Jérôme,

Depuis la lunette de mon fusil, notre première rencontre au restaurant fut sanglante. Cinq ans d’attente et de préparation pour ce moment.
Je me suis ensuite rapprochée de toi dans l’unique but de te conduire sur mon île, l’Insula Oya. Très impatient de te connaître, mon père avait besoin de toi. Tu détenais inconsciemment la clé d’un mystère protégé depuis des milliers d’années par notre cercle, l’Insula.
Les imprévus et obstacles sur notre chemin ont révélé le vrai visage de mon père, un monstre. Devrais-je encore le suivre ?
La vie nous propose des choix. À nous de faire les bons.
Marie, ta sœur qui pense à toi. »

Une jeune femme bercée par un idéal pour l’Homme, un jeune trentenaire inconscient de son rôle primordial qu’il devra jouer, un père avide de pouvoir et un ancien chef de confrérie protectrice d’un mystère. Voici tous les ingrédients réunis pour vous transporter dans un thriller haletant de Strasbourg à l’île d’Yeu.

Vous pouvez retrouver ce roman sur Kobo et Amazon dont voici les liens:

https://goo.gl/dWo6mw (Kobo)

https://goo.gl/dHv6GJ (Amazon.fr) aussi au Canada!

Maintenant que je n’ai plus peur de plonger pour attraper une bouteille qui flotte parmi tant d’autres, vous me reverrez bientôt!

Le titre de ce post en dit long. Peu importe le sujet, si le livre est bien écrit, il mérite d’être lu. À vous de choisir ce qui vous plait!

Laisser un commentaire

roman policier, blog, autoédition, auto-édition, polar, écriture, Kathleen Brassard, Kathleen Brassard auteure, auteur, écrivain, à l'ombre de la montagne, Ivre de toi, Ne lui dites pas que je suis chez moi, comment réussir dans l'autoédition, comment vendre son ebook, comment écrire un roman policier, le meilleur roman policier, le meilleur thriller psychologique, le meilleur thriller policier, comment avoir du succès dans l'auto-édition, le meilleur livre auto-édité, le meilleur ebook auto-édité, le meilleur polar, rêve de publier un livre, refus des éditeurs, talent, il faut avoir du talent pour publier, plan de travail, comment monter un plan de travail, carnet de notes, personnages crédibles, trame du récit, persévérance dans l'écriture d'un roman, révision d'un roman, comment obtenir du succès, comment vendre son roman policier, insula tresoya, le meilleur roman d'aventure
%d blogueurs aiment cette page :